… AU PARADIS

J’écris très rarement en réaction à l’actualité internationale ; je vais faire une exception aujourd’hui. 

Hier, je suis sorti de chez moi. 

Je ne portais pas le masque. 

Les valeureux vérificateurs de nouvelles me signaleraient que je ne suis ni le seul ni le premier contrevenant. En plus, je ne me suis pas filmé, vous avez vu mon téléphone portable ? Non vous ne l’avez pas vu. On n’en voit plus des comme ça, il intéresse déjà les archéologues, comme notre “civilisation”. 

Donc je suis sorti sans masque. Et encore une fois, je ne suis pas le seul ni le premier depuis que nous y sommes aimablement encouragés sous peine d’amende. Un bonheur n’arrivant jamais seul, le masque ne fera jamais taire un “journaliste” ni un politicien. 

Mes sorties, je les faisais jusqu’à présent à vélo, équipage sur lequel on n’est pas encore contraint de se bâillonner, ce qui n’empêche d’ailleurs pas une mauvaise moitié des cyclistes (on ne me fera pas croire que c’est “une bonne moitié”) à observer cette pudeur excessive, ce zèle dans l’obéissance et la prévention. Je suis casanier et ces sorties à vélo suffisaient à mon hygiène mentale et physique, mon compagnon ayant depuis des semaines l’amabilité de s’occuper des courses. 

Je me comportais comme un prisonnier. 

Je me comportais comme des centaines de millions de prisonniers 

La moitié de la planète : 3,6 milliards, est-ce vraiment possible ? Ce pourrait être il y a des siècles, je me souviens qu’a été envisagé le port du bracelet électronique dans le cadre de cette “menace invisible”. Vous vous souvenez ? Science-fiction ! 1

Dans un monde où les masques ne servaient pas quand le personnel soignant en avait besoin, ils sont devenus obligatoires maintenant qu’ils ne servent vraiment plus à rien.  On comptait les morts et les hospitalisations ; on compte à présent les “cas” dans une dimension, la quatrième ou la cinquième, la nôtre, où “cas” signifie “personne en bonne santé” ; tout cela est donc sinon logique, très cohérent. J’avais modifié mes habitudes, n’allant plus que chez les libraires qui n’imposaient pas le port du masque, la stérilisation des mains ; je n’en ai trouvé qu’un et c’était avant. C’était juste après la fin du confinement où on a inventé qu’il faut confiner les personnes en bonne santé. 

Pendant plusieurs mois, j’ai donc acheté mes livres par correspondance, sur Ebay et Recyclivres. Amazon c’est pour les chiens. Et c’est ainsi que je suis tombé sur une nouvelle de Julio Cortazar dans une anthologie des années soixante Les chefs-d’œuvres de l’épouvante. Dans La nuit face au ciel de Cortazar, il est aussi question de sacrifices humains et de modernité – certains d’entre vous feront le rapprochement avec ces temps troublés. 

Ne pouvant me résoudre à honorer une librairie de ma clientèle masquée – si encore c’était sur les yeux, comme Zorro, le Spirit ou le Concombre ! –, j’ai profité il y a quelques jours de ce que mon compagnon voulait se procurer le dernier Lapinot de Lewis Trondheim (c’est très bien aussi) pour lui demander de m’acheter le recueil de nouvelles Les armes secrètes. Et je dois vous dire, Les armes secrètes, c’est tellement formidable qu’hier, donc il fallait que j’aille à la librairie d’en face me procurer d’urgence un autre recueil de Cortazar. Et puis ça ne pouvait plus durer, j’avais résolu depuis longtemps que si je sortais à pied,  ce serait sans masque. Tout le monde n’a pas les moyens de payer une amende pour respirer librement ; je n’en ai pas les moyens non plus (je compte sur un recours qui s’appelle : procès-verbal judiciaire). 

Mais je n’ai pas le choix. 

En ce qui me concerne, Cortazar, maitre des clés, auteur des Armes secrètes l’est aussi de ma libération. Je suis sorti. À visage découvert. Tel un chirurgien dément, une infirmière frivole et sous-payée (frivole et sous-payé, je peux l’être aussi), un tueur de Halloween ou de Vendredi 13 devenu exhibitionniste… Je m’étais muni de cette serviette hygiénique buccale, dont les règles d’hygiène quantique nous disent qu’il suffit de la laver à trente degrés pour la stériliser oui, trente degré est la nouvelle température de stérilisation, ce qui est logique dans un monde où certaine auguste Souveraineté, dont il serait indiqué de mesurer la température anale, appelle l’agression ultra violente d’un chauffeur de bus, des tirs contre un pompier et le meurtre d’un gendarme, par deux fois, des “incivilités”. 

C’était une des rares libertés qui nous restaient, nous n’y pensions même pas (non pas la liberté de parole ou de pensée, soyons sérieux, ce sont des antiquités) ; cette liberté qu’on pourrait appeler la liberté de sourire ou de faire la gueule a désormais un prix. 

Cent trente-cinq euros en France. 

Deux cent cinquante euros en Belgique. 

C’est pas cher pour de la liberté. 

Nous ne vivons pas sous le régime de la démocratie, soyons clair, nous vivons sous le régime du racket2

J’habite dans le centre de Bruxelles. Il était dix-sept heures. D’ailleurs il y avait une camionnette de police stationnée du côté de mon immeuble, autour de laquelle gazouillaient de ces fonctionnaires en uniformes bleu marine. Il ne m’est pas venu à l’esprit de sortir mon masque de mon sac . J’étais toujours dans leur champ de vision, au coin de la rue en attendant le feu vert, long à la détente. Ils avaient mieux à faire. Ils auront mieux à faire le jour où ils me verbaliseront. Ils ne le feront pas. Ils me verbaliseront. 

L’objet de mon oppression se trouvait soigneusement, quoique guère hygiéniquement plié dans une poche de mon sac ; dans le même monde où on pouvait fréquenter, au plus fort de l’épidémie, les supermarchés alors que les marchés étaient fermés, il est recommandé, alors qu’aucun virus ne survit à la chaleur ni au soleil, de cumuler, comme des peines, comme des coupables : distanciation sociale, port du masque, vitre en plexi entre les vendeurs et les clients, et dans certains endroits stérilisation à la vapeur sèche. On n’en est pas encore à la crémation des vivants. Ils brûleront au paradis. 

Pour ce qui est des personnes qui m’objecteront “protéger les fragiles, etc.”, qui se réfugient derrières les fragiles, les vieux et les malades comme derrière des boucliers humains, qu’elles se retournent dans leur tombe mentale, la face vers le bas, avec leur masque ! 

Je disais que, ne m’étant pas filmé ni photographié je ne pouvais pas prouver mon acte. Pourtant la conversation avec l’aimable jeune libraire au visage textilement occulté, qui inspiré par l’inscription covid19(84) en blanc sur mon tee-shirt noir, m’a conseillé un auteur de science-fiction, Alain Damasio, et avec qui j’ai parlé de l’essai de Michel Houellebecq sur Lovecraft, évoqué Le meilleur des mondes qui, soit dit entre nous, n’est pas meilleur qu’un autre, pas meilleur que le nôtre, cette conversation, disais-je… 

… je ne l’invente pas. 

J’ai quitté la librairie avec mes Armes secrètes et aussi avec L’archipel du goulag de Soljénitsyne. Version abrégée, parce que la vie est courte. 

Pour revenir à nos libertés, mot auquel devraient désormais être greffés en permanence des guillemets génétiquement modifiés, le sens de l’expression “parler librement” avait d’ores et déjà “changé”, il a encore glissé il y a quelques semaines, quand le masque est devenu obligatoire à l’extérieur, qui glisse lui aussi, le long du visage dès qu’on essaie de prononcer deux mots, mettant à nu un appendice respiratoire devenu obscène. Le galbe d’une narine sera bientôt propre à nous émoustiller. Bientôt, rire ne sera plus qu’un verbe, plus qu’un son, on aura oublié à quoi ressemble l’expression faciale qui l’accompagnait il n’y a pas si longtemps (les commissures s’écartent, faisant remonter les plis d’expression, comme les tentures dans les vieilles demeures bourgeoises, mais si, souvenez-vous… on voit les dents…)3

Alors les personnes qui se font croire que le masque sert à quelque chose, contre toute logique… 

… les personnes qui ne veulent pas se joindre aux manifestations “complotistes” (elles ne savent pas ce que ça veut dire mais elles savent que « c’est pas bien », se croient protégées entre quatre murs de démocratie) et « d’extrême-droite » – quant à l’extrême-gauche, où est-elle ? dans L’archipel du goulag

… les policiers zélés, que leurs zèles n’emporteront pas au paradis… 

… les journalistes de cette presse qui sert littéralement à écraser… 

… et surtout, nos gouvernants qui nous font vivre dans ce monde de cauchemar…

Comment dirais-je… 

Je les caresse rectalement avec un objet rigide et phalloïde, comme l’état qualifié de même, auquel ils sont soumis : profond. 

1 sauf si vous vivez en Australie ou en Nouvelle-Zélande. 

2 sept minutes pour comprendre :

et nous ne sommes pas mieux lotis en Europe, à ceci près que la Réserve fédérale a été nationalisée par le président des Etats-Unis au début de cette année et que les Américains en sentent déjà les bienfaits. 

3 Je pense à toutes les personnes qui doivent porter le masque au moins huit heures par jour, sans parler des heures de navettage, mais ce sont des adultes et non des mineurs, ils peuvent objecter ; j’ai rencontré une dame qui va soumettre sa lettre d’objection de conscience au port du masque à son employeur. En ce qui concerne les adolescents : ces derniers pourront contacter Vincent Lézac sur Facebook. 

Illustration : collage de Ben Giles (détail)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s